Bouton-Twitter-Dizzidoll.jpg

Recommander

Recherche

Dimanche 13 mai 7 13 /05 /Mai 10:28

Je ne vais pas vous présenter Colette, concept-store parisien réservé aux fahionistas et hipsters argentés. Colette accueillait le 12 mai Laurent Philippon, consultant artistique de la marque Bumble & Bumble pour coiffer une petite poignée de privilégiés. Et j'étais parmi ceux-là !

 

New York, Vogue, David LaChapelle, Hermès, Charlotte Gainsbourg, Laurent Philippon aurait de quoi avoir la grosse tête. Elle avait une taille parfaitement normale, je vous rassure. Le fait qu'il trouve mes cheveux très beaux n'a pas influencé mon opinion sur lui (ou ptet bien que ça aide...) : il est super sympa. Il parle un anglais parfait avec l'américaine devant moi, à qui il a fait une tresse bohême magnifique. On sent le coup de main (ce que c'est bateau comme remarque vu son CV...)

 

J'adore qu'on me tripote les cheveux alors je le laisse faire. Je n'ai pas d'envie particulière alors il va texturiser (?!) mes cheveux. Je ne retiens pas tout du vocabulaire pointu du coiffeur. Normal. 

 

On a discuté des soins anti-âges qui font fureur chez Colette et nnnoooon ce n'était pas une façon détournée de me faire remarquer que j'avais des rides précoces (mais merci de le remarquer).

Il me dit : "je suis sûr que les cheveux attachés vous vont très bien, vous avez un petit visage. Raie au milieu, sans raie ou sur le côté, tout vous va" Ou la la, je me sens belle.

Je lui parle de ma passion pour me faire tripoter (oula la, c'est pas adapté comme terme...) / pour me faire chouchouter. Il me parle du salon superstar venu tout droit du Japon et de son siège de massage/lavage de cheveux à 45 000€. "Ils sont forts ces japonais" que je dis : brosses lustrantes, sièges confortables, toilettes hi-tech (oui oui, je parle de toilettes avec le hair stylist, mon bavardage ne connaît pas de limites).

On sourit, je le trouve toujours super sympa.

Il trouve irréel le fait d'être chez Colette pour la journée. Moi aussi et j'en profite : Comment on fait un brushing ("avec un lisseur, ça va plus vite"), comment je peux me coiffer pour le boulot, quelle routine cheveux, comment les faire briller, que faire contre le calcaire de l'eau parisienne (liste non exhaustive des questions que je ne me suis pas empêchée de lui poser). 

 

Et puis en même temps, il jouait avec son engin à bouclette. Il reproduit la boucle naturelle, si les boucles étaient parfaites : "une technique perso". Puis il masse et il chiffonne puis ajoute un gloss pour faire briller le "let it shine on (and on...)" de la marque phare. 

Tadaaaam

 

Bumble-and-bumble-copie-2.jpg

 

Evidemment, il était là pour promouvoir les produits Bumble & Bumble. L'après shampooing qui sent la noix de coco contient un chouia de vinaigre pour faire briller les cheveux. Attentives aux produits que je mets sur ma peau et mes cheveux, je constate que bumble & bumble apporte un soin particulier aux ingrédients : pas de silicone, pas de parabens apparents. Eva Joly ne validerait sûrement pas vu que c'est made in US mais c'est cool quand même. 

 

The places to go :

Colette

213 rue Saint-Honoré

75001 PARIS

métros Pyramides ou Tuileries 

 

Salon Superstar Paris

15 rue d'Argenteuil

75001 PARIS 

métro Pyramides

(Sinon vous pouvez aller dans celui de Tokyo...)

Ecrire un commentaire
Voir les 3 commentaires
Dimanche 25 mars 7 25 /03 /Mars 19:54

Et par "Attention", j'entends bien "faites gaffe" et pas "oula la, évènement à ne pas rater".

L'an dernier, j'avais refusé de parler de cet épisode douloureux. Cette année, je lève le voile et je previens les aventureux, j'informe les modeuses, je préviens les banquiers des facheunes victims téméraires.

invitation-Lanvin.jpg

1/ La vente du week-end passe après les ventes de la presse. Ce sont donc les restes. Et on fait beaucoup la queue pour se retrouver dans le hangar plein de vêtements. (Cela dit le hangar en lui-même est plutôt sympa) 

2/ Les collections n'étaient donc pas très nouvelles. Je ne suis personnellement pas adeptes des robes à 200€ de la collection AH07 (Automne/Hiver 2007 jeune novice...)

3/ J'ai vu... J'ai vu... des fesses, des paillettes, du résille, du fluo et j'en suis encore traumatisée. J'ai eu peur de repartir avec des pantacourts et un sweat capuche, voire des ballerines en plastique. De quoi tuer définitivement toute crédibilité modesque.

Et j'ai vu... des tas et des tas de femmes de 45 ans en petites tenues dans les allées à essayer les vêtements sur place. Et des chaussures mi-résille mi-plastique et du fluo un peu partout. Bref. J'ai préféré oublier. Et en recevant l'invitation, tout est soudainement remonté. sip.  

Le grand plus : c'est rangé par taille, et ça... c'est du génie... ou c'est encore plus frustrant, je ne sais pas...

 

En tout cas, je vous aurais prévenu. 

Samedi 31 mars 2012 : Espace Clacquesin, 18 avenue du Maréchal Leclerc à Malakoff (et puis vas-y pour y aller...)

Ecrire un commentaire
Voir les 0 commentaires
Dimanche 19 février 7 19 /02 /Fév 20:43

Je n'aime pas trop le viscose et le polyester. C'est plutôt consensuel comme remarque mais j'essaye de soigneusement regarder les étiquettes lorsque je vais shopper. Je ne suis pas naïve, un vêtement 100% soie ou un manteau 100% laine ne sera pas au même prix qu'un manteau 50% laine et 50% polyester. Quoi que...

Brève introduction qui peut paraître un peu hors sujet mais que neni. 

De passage dans la très belle ville de Lyon, j'entre, une fois n'est pas coutume, dans une boutique sinequanone. En fait, le "une fois n'est pas coutume" est exagéré car je rentre souvent dans les boutiques sinequanone mais j'en ressors rapidement face à un excès de viscose et de polyester à des prix défiant toute concurrence (une chemise 100% viscose à 69,90€, on peut tout de même trouver meilleur marché). Enfin bwef. 

Cette fois, je tombe en adoration devant un manteau de composition correcte : 50% laine - 50% polyester - 179€ (oui le prix fait partie de la composition...). La vendeuse, fort bonne vendeuse, sait trouver les compliments pour que je cède (vous connaissez les : "ça vous va à merveille" "ajoutez des gants rouge ça sera à ravir" "ce manteau est taillé pour vous" tout ça tout ça). Telle le renard sous la branche. Et elle arrive même à me faire faire un tour dans la boutique et MEME...essayer des robes (100% viscose). 

Cette merveille la voici, drapé de laine et bicolore, mi cuisse, manches 3/4, ça me va en effet à merveile : 

sinequanone-0906.JPG

Je le concède, leurs vêtements sont vraiment sympa. En boutique. 

Voilà le résultat après un mois d'utilisation, en ne le portant pas tous les jours (j'ajoute qu'il n'est pas passé à la machine et donc que les bouloches sont liées à "l'usure"):

sinequanone 0905 sinequanone-0907-copie-2.JPG

Je trouve que l'appareil ne rend même pas très bien son état pitoyable mais bon...

Evidemment, la consommatrice que je suis, de composition 60% pigeonne - 40% raleuse, a contacté le service client. (A priori il n'y a pas de service client...) et voilà la réponse qu'ils auraient pu me faire :

"Madame/Monsieur,

Nous sommes navrés que notre produit ne vous ait pas donné entière satisfaction (de là à dire que nous sommes SINCEREMENT navrés, il ne faut pas exagérer).

Ayant engagé d'excellents et très coûteux designers pour bien vendre nos produits, et créé un e-shop avec de jolies photos pour mettre en valeur leur travail, nous n'avons pas eu les moyens de créer un service client*. Notre stagiaire-service client est submergée par les plaintes des consommateurs qui ne savent pas encore que nos produits sont de matières peu nobles et ne passeront pas l'hiver. Nous n'avons pas transmis vos plaintes à notre fournisseur chinois, qui ne comprend pas le français de toute façon, et qui s'enquiert peu de savoir que son mélange laine-polyester bouloche au bout de 3 semaines.

Nous espérons néanmoins vous revoir dans nos boutiques et pour vous témoigner notre sincérité, nous vous offrons un bon d'achat de 3€ (à valoir pour tout achat de plus de 90€).

bla bla bla"

Message à la marque : si vous voulez récupérer cette lettre-type, je vous la cède gracieusement.

Bon..bah...en vrai j'attends toujours la réponse mais malheureusement mon compte a bien été délesté de ces 179€. On ne m'y reprendra donc plus - fit le corbeau.

 

*vous ne relèverez pas l'incohérence de ce discours.

Ecrire un commentaire
Voir les 7 commentaires
Jeudi 16 février 4 16 /02 /Fév 18:24

Je suis toute émue...

J'ai fait plein de trucs grâce à ce blog. J'ai aussi reçu des propositions bizarres (que je ferais ptet un jour qui sait...) mais ça c'est tout nouveau.

Je vous resitue tout ça.

Un doux matin de novembre, je reçois un mail dans ma boîte aux lettres d'un intitulé fort plaisant : "test produit". Plutôt dubitative, je me décide quand même à l'ouvrir et à ne pas l'envoyer illico presto dans les spams avec tous ses camarades "tests produits" pour les pilules du bonheur que vous connaissez bien (je parle des mails, pas du produit. Ca ça vous regarde...). 

J'ai évidemment accepté parce que le mail commençait par pleins de compliments sur mon travail (que je mérite oui oui... malgré mon assiduité de ces derniers temps...). Mais pas que. 2 mots : parapharmacie, produits naturels. C'est un peu mon crédo ces derniers temps. (Si je me motive, je vous parlerai un peu plus tard de ma nouvelle routine beauté qui inclut moins de produits...et qui ne marche pas forcément).

 

Bref, je me lance dans le test.

Le produit : La crème classique à la figue de barbarie distribué par Viveo.

 

La figue de barbarie, c'est ce fruit qui pique quand on met ses doigts dessus et qui pousse sur les cactus (pique fort même, d'expérience)

 

Je vais donc user de mes 5 sens pour partager avec vous ma merveilleuse et exaltante expérience (que je suis romantique en cette semaine de saint valentin...)

 

Ouïe : frout frout fait le carton (pas recyclé on dirait bien) et pschit fait le flacon. Le conditionnement est vraiment top parce que c'est un flacon airless et on ne met pas ses doigts dedans. Ce qui est fort utile parce que le produit est sans conservateur chimique. L'Eva Joly en moi exulte.

 

Vue : Pour le coup, je me dis qu'il y a eu un gros effort. Il faut avouer que pour un produit naturel, il y a un NET progrès. Ca ressemble à du Clarens sur le tube, mais à rien du côté du packaging extérieur (vert anis/clair/grisatre). Gut gut, aber kann besser. (Cela dit, on s'en fout un peu du packaging, si ce n'est pour bien mettre l'emballage dans la poubelle à tri sélectif / Eva Joly sort de ce corps)

T9000_A.jpg

 

Odorat : alors là... ce fut la grosse surprise. Je ne sais pas quelle odeur a la figue de barbarie ou le Grumbay (d'ailleurs qu'est-ce donc ?) mais le produit a une légère odeur de ... poivre ? (je n'ai pas trouvé mieux). J'ai donc été fort surprise à la première utilisation. Très rapidement, j'ai fini par trouver l'odeur agréable parce qu'elle n'est pas forte du tout mais elle peut en surprendre quelques unes (oh, faites pas les chochottes !)

 

Goût : ohhh là doucement ! Je ne suis quand même pas allée jusqu'à goûter. Je vous avoue que j'ai hésité pour vous lecteurs adorés... mais faut pas abuser non plus. 

 

Toucher : La crème est légère, fluide mais pas trop. C'est ce que j'aime le plus dans cette crème. Néanmoins, j'ajoute un sérum hydratant en dessous parce qu'elle n'est pas assez riche pour ma peau sèche voire très sèche en hiver. Cela dit, je n'aime pas les crèmes trop épaisses donc ça me convient parfaitement.

 

Efficacité : le contrat est rempli : "Die multi-regulierende Klassische Kaktusfeigen-Creme erhält Ihre Haut zuverlässig im Gleichgewicht und macht sie frish und glatt". Hum hum.

maintient l'équilibre de la peau, blabla, visage éclatant, lisse et serein... estompe ridules et imperfections... hydrate et stimule l'épiderme... Pas mensonger pour un sous.

 

Conclusion : 9/10

(et le carton pas recyclé alors ?! Me crie Eva Joly à l'oreille)

Eva-Joly.jpg

 

 

Super expérience, merci Vivéo ;)

 

 

 

 

Ecrire un commentaire
Voir les 2 commentaires
Lundi 26 décembre 1 26 /12 /Déc 17:32

Je vous re-situe.

Un samedi matin d'heumeur guillerette, nous décidons avec mon coloc geek de parler un peu blogosphère. Il est un peu nul en blogs mode et il ne lit que le mien (hein qu'tu lis QUE LE MIEN !?!) et je lui parle de l'emblématique miss Pandora, qui, en plus d'être déjà riche, fait aussi des pubs pour Comptoir des Cotonniers pour gagner encore plus de sous (travailler plus pour gagner plus, bien sûr)

 

Et là, au détour d'une rue qu'est-ce qu'on voit ?! Miss Pandora en plein shooting photo.

 

Le shooting photo c'est celui-ci. http://www.misspandora.fr/japonisme/

 

pandora.jpg

(comme d'hab, j'ai demandé à personne pour utiliser la photo et je vais aller en tôôôle j'vous dis...)

 

 

Version langue de p%+*:

 

Je disais un samedi matin à mon coloc le geek qu'il y avait certaines blogueuses mode qui avaient VRAIMENT pris la grosse tête (et j'avoue aussi des fois qu'il y a de quoi...) Et là, au détour de la visite d'un musée (oui d'un MUSEE messieurs-dames) on croise la-dite blogueuse qui a l'air de se les geler dans sa petite tenue dans une serre. Et mon coloc de rétorquer : "hé; c'est pas ta pote qui se la pète ?" (ironie of course parce que je la connais pas et que la blogosphère c'est pas une grande famille (bien qu'au niveau bagarres à deux balles ça pourrait y ressembler)). Evidemment, je regarde (comme à peu près 10 personnes lorsqu'on voit une fille se trémousser en petite tenue devant un appareil photo). Elle n'avait pas l'air très contente de faire le spectable... alors que quand on fait des photos dans un lieu public un SAMEDI APRES-MIDI c'est un peu NORMAL qu'il y ait du monde... M'enfin...

 

La prochaine fois, je m'incruste sur les photos (là j'avais plus le staïl : "j'ai froid et j'ai mis mon gros manteau, une écharpe, 3 pulls et un bonnet" et mon sac à main n'allait pas du tout avec mes chaussures (booouuuh), la prochaine fois que je sors je prépare ma tenue shooting dans mon sac)

 

 

Ecrire un commentaire
Voir les 3 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés